Portrait des végétariens, végétaliens, vegans, flexitariens, omnivores - Greens &Roses
portrait des végétariens
Conseils nutrition

Portrait des végétariens, végétaliens, vegans, flexitariens, omnivores

Portrait des végéta*iens : la santé, le sport, les valeurs, quelques pistes de réflexion…

Végétarienne depuis 25 ans ou presque (!), je me suis longtemps sentie un peu seule. Pas d’Internet pour trouver des infos nutritionnelles, des recettes, un soutien ou un accompagnement quand j’ai débuté. Peu ou pas de livres sur le sujet. Et quel est le portrait des végétariens, végétaliens et vegans ?

En effet, lorsque j’ai commencé à ne plus manger de viande, j’étais la seule dans mon entourage. Une sorte d’ovni aux goûts alimentaires étranges. Pour brouiller les pistes, je consommais encore du poisson jusqu’à il y a quelques années. Je n’ai simplement jamais aimé la viande. Puis ensuite j’ai réalisé l’exploitation des animaux liées à la consommation de chair animale, l’impact de l’élevage et de la consommation de viande sur la planète. Et voilà mon parcours tout simplement. 

Mon alimentation aujourd’hui

Aujourd’hui je continue à manger un peu de fromage de temps en temps. Je ne mange quasiment plus d’oeufs. On va dire que je suis végétarienne à tendance végétalienne s’il faut me mettre dans une case, mais je rentre mal dans les cases. Je ne cherche pas la perfection, je fais de mon mieux. Persuadée que la santé est pour beaucoup dans l’assiette, je mange bio depuis presque aussi longtemps que je suis végétarienne. Les proportions ont varié avec les années, mais à presque 90% maintenant. J’essaie de consommer des fruits et légumes locaux et de saison, mais parfois je craque pour de l’ananas, de la mangue ou de l’avocat venus du bout du monde. Je pratique le sport pour le bien-être et la santé principalement, et pour la compétition avec moi-même uniquement. Mon objectif santé est de pouvoir en faire le plus longtemps possible et d’éviter de me blesser avec des pratiques à outrance. 

J’achète principalement des vêtements de seconde main ou des vêtements neufs de marques avec des valeurs auxquelles j’adhère. Occasionnellement je craque sur des chaussures neuves pas éthiques du tout. Là aussi, je ne cherche pas la perfection, je fais de mon mieux. 

Pour travailler, j’ai longtemps été obligée de prendre la voiture, faute d’horaires de trains compatibles avec les horaires de bureau. Mais quand je peux, je marche, je prends les transports en commun ou j’utilise mon vélo. 

Pourquoi dresser le portrait des végétariens et végétaliens ?

L’alimentation végétarienne / végétalienne devient un débat de société. En effet, les personnes suivant ce mode alimentaire sont de plus en plus nombreuses. C’est pourquoi j’ai voulu en savoir plus sur ce qui les / nous anime. Dresser le portrait des végétariens / végétaliens / vegans. Savoir si leurs valeurs, leurs parcours étaient similaires au mien. Et cela sans jugement de valeur sur les choix des personnes. Ouest France nous apprend que « selon Xerfi, les végétariens et les végans ne représentent en effet respectivement qu’environ 2 % de la population française (quelque 1,3 million de personnes) et 0,5 % (ou environ 340 000 personnes) alors que les flexitariens pèsent à hauteur d’un tiers de la population, soit près de 23 millions de personnes ». Concrètement, l’alimentation se végétalise de plus en plus ! 

J’ai donc lancé un questionnaire pour comprendre les motivations des uns et des autres. J’ai eu de nombreuses réponses, mais pas suffisamment pour que les réponses soient représentatives. L’article donne donc des pistes de réflexion à valider. Voilà cependant, voici les points que j’ai trouvés intéressants. 

Quel âge ont les végéta*iens ? 

Les omnivores, et flexitariens que j’ai interrogés sont plutôt jeunes, autour de 24 ans, alors que les végétariens ont eux 32 ans en moyenne et les végétaliens et végétariens ont eux entre 37 et 42 ans en moyenne. 

Comment se sentent les végéta*iens ? 

93% des végétaliens et vegans se considèrent en très bonne ou en excellente santé alors que 33% des omnivores et flexitariens considèrent avoir une bonne santé, une santé correcte, voir une mauvaise santé. Les végétariens se situent un peu entre les deux. 

On peut voir que le régime alimentaire semble avoir un impact sur la manière dont on perçoit sa santé. 

IMC et régimes alimentaires

L’IMC des vegan et végétaliens est un peu plus bas que celui des végétariens, flexitariens et omnivore. Il se situe à 22 contre 24 à 29. Rappelons que l’IMC ou indice de masse corporelle est un indice validé par l’Organisation mondiale de la santé pour évaluer la corpulence d’un individu et les risques éventuels pour la santé. La corpulence est considérée comme normale de 18,5 à 25. 

Les performances des sportifs selon le choix alimentaire

Dans le domaine sportif, 40% des flexitariens notent une amélioration de leurs performances sportives suite à leur changement de régime alimentaire. On remarque que seuls 42% des végétariens ressentent la même chose et 33% des végétaliens et vegans. On peut se demander si l’impact de l’augmentation de l’alimentation végétale se fait sentir dès le passage au flexitarisme. Est-ce qu’ensuite les bénéfices sont toujours là, mais moindres au fur et à mesure de l’augmentation de la part végétale dans l’alimentation ?

Selon Camille Lefevbre, nutritionniste, le régime flexitarien bénéficie de nombreux avantages : il est facile à suivre, préserve l’environnement et permet de faire une transition en douceur tout en apportant les bénéfices du régime végétarien, à condition de ne consommer viande et poisson qu’une ou deux fois par semaine. Il est probable que les personnes passant directement à un régime végétarien ou végétalien ressentent les mêmes bienfaits au moment de leur bascule vers leur nouveau régime. 

Quelle place pour le bio dans l’alimentation végéta*ienne ? 

Les vegan et les végétaliens mangent entre 61% et 75% d’alimentation bio, alors que les végétariens, les flexitariens et les omnivores sont dans une fourchette de 38 à 50% d’alimentation bio. 

On note que les flexitariens et les omnivores sont peu nombreux à prendre des compléments alimentaires. Les végétariens, végétaliens, et vegan sont eux plus nombreux à faire usage de compléments alimentaires. 

Les compléments alimentaires dans l’alimentation végéta*ienne ? 

Pour ceux qui prennent des compléments alimentaires, et ils sont une majorité chez les végétaliens, végétariens et vegan, il s’agit de vitamine B12 pour 66% des végétaliens et vegan et 30% des végétariens. 

L’alimentation des végétariens semble plus proche des recommandations officielles selon un extrait d’étude paru dans Libération : « Chercheur à l’Inra, Benjamin Allès suit les habitudes alimentaires de plus de 100 000 personnes depuis 2009 dans le cadre de l’enquête NutriNet Santé. Il n’étudie donc pas les régimes alimentaires dans l’absolu mais les habitudes de consommation. »

«La diversification de l’offre alimentaire et un meilleur accès à cette offre ont permis de réduire considérablement les risques de carences. A partir de notre cohorte de volontaires nous avons pu estimer que les végétariens auto-déclarés ont une meilleur adhésion aux recommandations alimentaires que les omnivores notamment». Ces éléments peuvent peut-être expliquer en partie la meilleure perception de leur santé par les végétariens, végétaliens et vegans. 

Quelles sont les motivations du comportement alimentaire des végéta*iens? 

Pour les omnivores, il semble que le mode alimentaire est pratiqué en général depuis la naissance. Il s’agit d’ailleurs peut-être plus d’une habitude que d’un choix conscient. Pour les flexitariens et les végétariens, c’est un choix plus récent depuis 3 ou 4 ans. Les végétaliens et vegan le sont depuis 6 à 7 ans en moyenne. 

L’éthique et les choix alimentaires végéta*iens

Les végétaliens et vegan sont 53% à être sensibles aux valeurs véhiculées par les marques de sport. Les omnivores et les flexitariens y sont moins sensibles, entre 0 et 50%. 

Les raisons invoquées par les flexitariens pour leur choix alimentaire sont la santé pour 80% et l’écologie pour 70%. L’éthique vient généralement en tête pour les végétariens, les végétaliens et les vegans. L’écologie est la deuxième raison de ce choix pour 50 à 71% des personnes de ces catégories. La santé arrive en troisième position pour ces catégories. 

On note donc, que l’éthique est importante aussi bien pour les végétariens que les végétaliens et les vegan. Les flexitariens semblent privilégier leur santé puis l’écologie. 

Enfin, lorsqu’il s’agit de mettre en oeuvre les valeurs éthiques, en particulier pour acheter des vêtements éthiques, souvent plus chers, il existe une nette différence entre les groupes. En effet, le premier groupe (omnivore / flexitarien) est prêt à acheter des vêtements de sport correspondant à ses valeurs et plus chers à 50%. Alors que le second groupe (végétarien / végétalien / végan) est prêt à le faire à 61%. La notion d’éthique semble donc liée à la notion de choix alimentaire. 

Les raisons qui peuvent orienter les attitudes et comportements des individus

Ceci nous amène aux raisons qui peuvent orienter les attitudes et comportements des individus en général : « les caractéristiques de la personne elle-même (P), les attributs de l’objet (O), et les facteurs d’environnement ou de situation (S) » (source thèse François Lenglet). 

Par ailleurs, il semblerait que plusieurs études plus récentes confirment le rôle de la classe sociale dans les comportements alimentaires. En effet, DeGraaf et Stafleu (1992) observent que les choix alimentaires se font davantage sur des bases sensorielles et affectives dans les classes défavorisées, tandis que les préoccupations de santé l’emportent dans les classes les plus élevées. De même, une étude européenne observe que la prévalence de l’obésité diminue d’autant que la classe sociale est élevée (Rabier, 1990). (source thèse François Lenglet). 

portrait des végétariens

Comment le choix alimentaire est-il perçu par l’entourage sportif ? 

La perception de l’entourage par rapport au régime alimentaire est majoritairement neutre. Mais s’il y a une réaction de l’entourage, elle sera négative à 15% pour les vegans, 28% pour les végétariens et 10% pour ceux qui suivent un régime flexitarien. Cela semble montrer qu’il existe toujours une méfiance de l’entourage pour un régime non ancré culturellement dans les pratiques. 

Portrait des végétariens, végétaliens et vegan

En conclusion, les végétaliens et vegans semblent plus préoccupés par les thématiques éthiques que d’autres groupes interrogés, en toute logique. Ils semblent aussi se considérer en meilleure santé. Il n’est pas possible d’établir un rapport certain sur leur pratique du sport, l’échantillon interrogé étant majoritairement sportif.

Enfin, les goûts personnels semblent n’entrer que peu ou pas en ligne de compte et c’est probablement le point qui m’a le plus étonnée, puisque je suis arrivée au végétarisme par ce biais.

Afin de compléter cet article, je pense utiliser le modèle de Steenkamp ci-dessus pour faire une étude plus rigoureuse sur les comportements alimentaires. J’aborderais ainsi les propriétés des aliments, les facteurs individuels et l’environnement.

En tout cas, j’espère que cet article sur le portrait des végéta*iens vous plaira autant que j’ai pris de plaisir à le rédiger ! Si vous aimez le blog, n’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux ou à vous abonner à la newsletter. Vous trouverez aussi d’autres articles relatifs à la nutrition végéta*ienne ici.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers articles du blog directement dans votre boîte mail !

Vous avez rejoint la team Greens & Roses

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Votre adresse pourra être utilisée pour vous tenir au courant des nouveautés du site ainsi que des informations de nos partenaires.